Le Faubourg à m’lasse

L’âme de Centre-Sud, c’est sans conteste en bonne partie ce qu’il reste du Faubourg à m’lasse, le nom qu’on donnait populairement au quartier à l’époque où la gente ouvrière lui grouillait les artères à s’affairer dans les usines, le port et les petits commerces.

Aux confins du quartier se trouvaient quelques usines. À l’extrémité nord-est, c’est-à-dire vers Frontenac et Ontario, il y avait la MacDonald, célèbre compagnie de tabac de Virginie, grosse ruche consommatrice d’existences humaines où des centaines de filles qui mâchaient de la gomme et que l’on disait « communes » donnaient les plus belles années de leur jeunesse, sacrifiaient souvent leur grâce et leur beauté pour gagner des salaires calculés « à la cenne » et se permettre des sorties le samedi soir dans quelques clubs de nuit de la ville, ou dans les salles de cinéma ou dans les snack—bars, vêtues chic, d’atours disparates, mis à la mode par des manufacturiers juifs, rois de la confection bon marché et de courte durée. (Marcel Dubé, dramaturge)

Centre-Sud se développe comme l’un des premiers faubourgs avoisinant la ville fortifiée de Ville-Marie, où s’établissent d’abord des agriculteurs, puis quelques industriels à partir de la fin du XVIIIe siècle.  John Molson y construit notamment sa brasserie en 1786 en raison de la proximité du fleuve pour le transport et des agriculteurs voisins pour l’approvisionnement en grain.

Quand la pisse d'Anglais a la vie aussi dure que l'establishment colonial...
Quand la pisse d’Anglais a la vie aussi dure que l’establishment colonial…

L’industrialisation rattrape donc rapidement le bucolique de l’endroit, plusieurs usines s’implantant dans le quartier qui se peuple rapidement d’ouvriers arrivant de la campagne en ville en quête d’un semblant d’emploi. Ils y trouvent également des logements, la plupart du temps insalubres (rappelons que Montréal partageait, avec Calcutta, la tête du classement mondial de la mortalité infantile au début du XXe siècle)…

L’origine de l’appellation « Faubourg à m’lasse » reste nébuleuse, certains l’attribuant à l’odeur de mélasse persistante qui remonte du port où elle est déchargée. D’autres la rattachent au fait que les dockers auraient eu comme habitude « d’échapper » un baril de mélasse lors des déchargements afin que les femmes du quartier puissent venir s’en servir gratuitement à l’aide de petits contenants. Une légende urbaine du quartier veut même qu’un déversement de mélasse ait tué plusieurs personnes, mais en fait c’est plutôt à Boston qu’une telle chose s’est déjà passée, tuant plus de 20 personnes et en blessant plus de 150 autres.

Quartier ouvrier canadien-français par excellence, le Faubourg à m’lasse est marqué par la pauvreté tout autant qu’une solidarité sociale  encore présente aujourd’hui. Victime de son positionnement urbain stratégique et par le fait que y’a pas de mal à évincer les gueux (surtout qu’on avait quand même pris soin de leur donner les moyens de se laver, quand même), le quartier se voit tour à tour déviargé par l’élargissement du boulevard Dorchester (aujourd’hui René-Lévesque), la construction du pont Jacques-Cartier (vers 1930) et, au tournant des années 1960, par la construction de la grosse tour et des parkings de Radio-Canada.

Pour se remettre dans le vibe de l’époque, on regardera d’abord le docufiction Au bout de ma rue, de l’ONF, qui restitue le parcours d’un morveux qui se pousse de chez lui pour aller découvrir les merveilles du port et du bord de l’eau.

Alors si vous trouviez que la cour du p’tit gars avait l’air d’une dompe, ben dites-vous que les autorités de l’époque aussi, ce qui les amena à mettre la hache dans le coeur du quartier pour faire place aux Radio-Canadiens au français correct qui les ont remplacé (du moins de 9 à 5). Au total, pas moins de 5000 personnes sont déplacées par l’opération en 1963, qui entraîne également la disparition de 678 logements, 12 épiceries, 13 restaurants, 8 garages et une vingtaine d’usines.

Plusieurs documents existent pour restituer ce à quoi ressemblait le quartier à ce moment et comment il fut affecté par l’opération. D’abord, il y a ce reportage réalisé par Radio-Canada à l’époque où des gens évincés parlent de leur situation.

Ensuite, il y a l’excellente exposition réalisée par le Centre d’histoire de Montréal sur les quartiers disparus (à savoir le Faubourg à m’lasse, la Petite-Bourgogne, le Red Light et Goose Village), qui est accessible en ligne (exposition virtuelle) et a donné un excellent livre publié aux Éditions Cardinal, dont les photos sont disponibles sur Flickr.

Bureau d'aide à la relocalisation des évincés du quartier. Photo publiée sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA 2.0.
Bureau d’aide à la relocalisation des évincés du quartier. Photo publiée sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA 2.0.

Devant la gentrification accélérée du quartier, plusieurs organismes communautaires se sont néanmoins constitués pour en sauvegarder le caractère populaire et freiner la déstructuration de son tissu social (on remarquera le caractère authentiquement universitaire de cette phrase, on a presque plus l’impression de parler d’humains à ce point, vous trouvez pas?). Centre-Sud compte ainsi aujourd’hui la plus forte concentration d’organismes communautaires, de HLM et de coop à Montréal, c’est quand même pas peu dire, pis là on parle même pas des salons de massages, des transsexuels et autres choses hors-normes qui foisonnent, surtout quand la noirceur tombe. C’est juste poétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>